Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2009

Tout sur le fils de ma mère

Letrine (O bleu intense).jpg 

n demande souvent aux auteurs, aux artistes, d'où leur viennent leurs idées ? Ça reste en grande partie un mystère, y compris pour eux, mais y'a quand même deux ou trois trucs. Concernant la série des tableaux détournés, par exemple, avec laquelle je meuble depuis trois jours et pour encore deux jours au moins, comme l'a gentiment balancé Kats, une moitié d'entre eux vient d'une précédente série, réalisée l'année dernière. Ça ne fait que reculer la question mais ça explique une partie de l'avalanche. Il n'aura échappé à personne non plus que ces tableaux sont tous dictés par leur titre, le jeu de mot établi à partir du titre initial. Comment les jeux de mots viennent-ils à l'esprit ? En ce qui me concerne, il y a là dedans un peu de résilience, bien nécessaire après les ravages orthographiques provoqués chez moi par l'apprentissage de la lecture par la méthode globale. Il y a - c'est lié - de l'entraînement, cette bête réalité selon laquelle on fait de plus en plus facilement et peut-être de mieux en mieux ce qu'on fait volontiers et souvent. Il y a également un chouia d'un truc qui marche pas mal avec moi, qui se situe entre le travail - mais c'est un peu prétentieux - le conditionnement et la méthode coué. C'est à dire qu'en partant de chez moi l'autre jour pour rejoindre mon bureau d'un pas bien décidé à n'y rien faire et pensant à cette série de tableaux détournés ne demandant qu'à s'allonger (comme moi, tiens ?) je me suis dit : "Tu en trouves dix dans la journée."

J'en ai trouvé huit et rien depuis, ce qui montre hélas une autre limite de mon imagination débordante : celle de mon irréductible fainéantise, me conduisant à m'arrêter un peu avant la fin tout en me reposant dès que possible sur le sentiment du devoir accompli. Si je voulais redonner un peu de lustre à mon image maintenant ternie à vos yeux - aux miens, c'est déjà fait depuis longtemps, tu parles - je dirais qu'après l'idée, le "vrai" travail commence. Pour "Les glandeuses" j'ai eu l'intuition qu'en renversant les deux personnages penchés, d'un quart de tour, elles auraient l'air d'être assises, ok, mais encore fallait-il te me nous découper tout ça, remplir le trou, greffer des journaux, m'apercevoir qu'il manquait des ombre, les rajouter bref, y passer du temps, beaucoup de temps. Pour "Les tournedos" j'ai dû consulter jusqu'à l'écœurement des centaines d'images de barbaque. C'est quand même fou cette rage planétaire de cuisiner des tournedos pour les prendre ensuite en photo !

 

Reste que les idées ne sont pas toutes aussi bonnes ni toutes également présentables. Dans la huit-liste il y a par exemple un "Ceci est bien une pipe", à base de monsieur et de madame se livrant à une activité intéressante. Comment veux-tu que je montre ça ici ? C'est un coup à me faire référencer par Google dans je ne sais quelle catégorie glauque et on verrait affluer ici, comme sur mon ex-carnet, tout une bande de cinglés à la langue pendante et au regard luisant. Tu dis ? Y'en a déjà ? Oui, ben justement. Faut pas encourager le vice.

 

 

Commentaires

Le Panseur ?

Écrit par : melanie | 26/08/2009

Répondre à ce commentaire

Joli ! Je m'y mets immédiatement ! ♣

Écrit par : ♣ | 26/08/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire